Mes dernières chroniques

Mes dernières chroniques

samedi 2 août 2014

Le livre sans nom

Auteur : Anonyme
Traducteur : Diniz Galhos
Edition : Sonatine
ISBN : 2355840431
Pages : 461 pages
Prix : 21 euros


RÉSUMÉ

Santa Mondega, une ville d'Amérique du Sud oubliée du reste du monde, où sommeillent de terribles secrets...
Un serial killer qui assassine ceux qui ont eu la malchance de lire un énigmatique livre sans nom...
La seule victime encore vivante du tueur, qui, après cinq ans de coma, se réveille, amnésique...
Deux flics très spéciaux, des barons du crime, des moines férus d'arts martiaux, une pierre précieuse à la valeur inestimable, un massacre dans un monastère isolé, quelques clins d’œil à Seven et à The Ring... et voilà le thriller le plus rock'n'roll et le plus jubilatoire de l'année !

Vous désespériez de trouver un équivalent littéraire aux films de Quentin Tarantino, de John Carpenter, de Robert Rodriguez ? Lisez Le Livre sans nom. À vos risques et périls.


L'AUTEUR

Refusé par les maisons d'édition, l'auteur a diffusé anonymement le premier chapitre sur Internet en 2007, grâce au site lulu.com. Il a ensuite été publié, d’abord en Angleterre puis dans 25 pays différents. De Quentin Tarantino à Tony Blair en passant par David Bowie, le prince Charles ou encore un collectif, de nombreuses rumeurs ont circulé quant à l'identité de l'auteur, mais à ce jour le mystère continu à s'épaissir.


Source : https://www.facebook.com/pages/Bourbon-Kid/40242243028?sk=timeline

MON AVIS

Lecteur prenez garde, c'est un formidable coup de marketing qu'a réussi l'auteur en restant dans l'ombre ! Vous tenez entre vos mains un livre maudit, Le Livre sans nom dont l'auteur est anonyme. Aussi, si vous choisissez de poursuivre votre lecture, alors vous engagerez votre vie, car à partir de l'instant où vous ouvrirez cet ouvrage, vous ne cesserez d'être traqué et ne fermerez plus jamais l’œil de la nuit. Ce livre, c'est une sorte de mise en abîme puisque le lecteur lit le livre sans nom d'un auteur anonyme pendant que les victimes du livre sont celles qui ont lu le livre sans nom d'un auteur anonyme.


Étonnant mixage entre western, thriller, roman policier, fantastique et pop, ce roman est fait de chapitres très courts où le narrateur change successivement. Aussi, tous les protagonistes de ce romans sont de potentiels personnages principaux tout au long du récit.
Le vocabulaire est tiré d'un style de brèves de comptoir ponctué d'un langage très familier, de certains propos et scènes obsolètes ou gores, et même d'onomatopées ! Entendez les "BANG" lorsque quelqu'un tire. Mais ne vous méprenez pas, ceci n'a rien de négatif, au contraire, c'est ce qui donne son charme et son charisme à ce livre.

Venons-en à la trame de l'histoire. On débute au Tapioca, le bar tenu par Sanchez qui est aussi le lieu de rendez-vous de tous les habitués du quartier (bagarreurs, ivrognes, délinquants, voleurs, ...). Ne vous avisez pas d'y entrer si vous n'êtes pas des leurs, car alors rien ne garantit que vous en ressortirez vivant. Sanchez lui-même se fera un malin plaisir à vous servir un verre d'urine. C'est justement ce qu'il fait lorsqu'un homme, dont la capuche dissimule le visage, entre pour la première fois et commande un verre. Cet homme, c'est le Bourbon Kid, et ce jour là il tue tout le monde hormis le barman.
Cinq ans plus tard, alors que l’œil de la lune a une nouvelle fois été dérobé dans un bain de sang sur l'île d'Hubal, Père Taos envoie deux jeunes moines à Santa Mondega, la ville fantôme, le récupérer dans l'ignorance la plus totale de ce qui les attend. L'histoire semble se répéter éternellement.
Parallèlement un duo d'inspecteurs marginaux mène l'enquête. Il y a Miles Jensen, qui est spécialisé dans les évènements paranormaux et Archibald Somers, policier à la retraite, qui est obsédé par le Bourbon Kid. Et puis il y a Jessica qui se réveille amnésique de cinq ans de coma suite à une violente tentative d'assassinat.
Et forcément, l’œil de la lune étant ici le graal très recherché, les moines ne sont pas les seuls en quête de celui-ci. El Santino le désire pour le seigneur des ténèbres, d'autres le conquièrent pour le revendre une fortune tout simplement.

Mais finalement, qui est qui et qui veut quoi pour qui et pour quoi ?!


Si au début on est inondé de personnages, on s'y fait rapidement. Et comme on ne s'y attache pas particulièrement étant donné que l'on change constamment de narrateur, leurs décès successifs ne nous émeuvent pas plus que ça. Bien que ... j'ai ressenti une certaine déception pour deux ou trois d'entre eux. Et finalement je me suis attachée à trois personnages.
Peto, ce jeune moine d'Hubal recueilli dans le monastère alors qu'il n'était qu'un nourrisson. N'ayant jamais côtoyé le monde extérieur à l'île, ses yeux nous apportent un regard novateur. Il a une soif de vie et une curiosité incroyable. Rodeo Rex, ou le messie, dont j'ai aimé son côté maman poule. Et enfin Miles Jensen que j'ai déjà vaguement évoqué.

Comme c'est annoncé en couverture, ce roman est bourré de clichés et de références culturelles essentiellement pop et cinématographiques. On y trouve des Harley-Davidson, une cadillac, des films comme Ring, Copycat, Man on fire, Terminator... Des références modernes comme le double sens du mot "pirate" à la page 299 :
- [...] Tu te rappelles la fois où on n'avait plus rien à manger et où tu as claqué tout ton fric pour acheter tous ces DVD du capitaine Crochet ?
- Ouais, c'est vrai. Mais quelqu'un m'avait dit qu'il y avait un tas de pognon à se faire en vendant des vidéos pirates. Comment j'aurais pu savoir que le mot "pirate" avait un autre sens ?
Et bien des célébrités telles que Marylin Monroe, les Blues Brothers, Elvis, Catwoman, Batman, Freddy Krueger, Robin, Tim Burton, Michaël Kreaton, Gene Simmons, Buffy, Schwarznegger, Iron Maiden, Pierrot, vito corleone, Dracula, ...




EN BREF

Un roman surprenant où l'on ne s'attend absolument à rien. Toutes mes hypothèses se sont écroulées une trentaine de pages avant la fin. On ne s'ennuie pas, et la brièveté des chapitres donne une allure relativement rapide au récit. La tension, l'angoisse, le stress et l'adrénaline ne cessent de monter et, à la fin, nous laissent sur notre faim afin de mieux nous inciter à lire le second volet de la saga "Bourbon Kid", L'Oeil de la Lune.


^^ :-3 :D :p :-* :-} :-~ :-] :( ;) O_o :-! :-= :-o :)

2 commentaires:

  1. Ok, j'avoue que le coup de pub ou je ne sais quoi avec le truc du livre et de l'auteur anonyme, c'est complètement dément :P Vraiment. Et à cause de ça, j'ai trop envie de le lire maintenant :P Merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi hi, c'est un plaisir !!! Il est extra :) :-*

      Supprimer